Grâce à Nicolas Sarkozy, le Grand Paris est passé hier d’un train de sénateur à la vitesse d’un TGV ! En accordant 35 milliards d’euros au volet transport du projet et en annonçant la création d’un super métro de 130 km autour de Paris, le Président de la République a débloqué le calendrier de cette belle idée, qui commençait à patiner politiquement.

grand_paris.jpg

Je ne peux que m’en réjouir vivement. Tout d’abord pour le Val-de-Marne et pour Joinville. En effet, en reprenant dans ce super métro le projet Orbival, nous allons enfin parvenir à tisser dans notre département le maillage de transport en commun qui nous fait aujourd’hui défaut, tant pour désenclaver la ligne A du RER que pour rendre accessibles les coins éloignés de nos banlieues et les relier à tous les grands pôles économiques de la région. Pour les Joinvillais, les retombées seront évidemment positives : amélioration des conditions de transport sur la ligne A et, à terme, accès aux nouveaux pôles économiques qui devraient être crées autour de la capitale (biotechnologies au sud, sciences au sud-ouest, création audiovisuelle au nord, etc.)

Je m’en réjouis également en tant qu’amateur d’audace architecturale. Comment qualifier autrement le travail des 10 équipes retenues pour réfléchir au devenir architectural de notre métropole, pour bouleverser les cadres de l’agglomération actuelle et conceptualiser, d’une façon radicalement nouvelle, en les mélangeant, des lieux de vie, de travail et de loisirs ? Je suis fasciné par la créativité développée par ces équipes pour imaginer des quartiers neufs, chambouler les limites des anciens et créer de nouveaux liens et de nouvelles solidarités entre leurs populations.

Je m’en réjouis enfin, car je suis un ardeur défenseur de la démarche politique de Paris Métropole. Il est en effet indispensable aujourd’hui de dépasser, enfin, les barrières communales, départementales et les clivages politiques, pour travailler ensemble, dans une logique de territoire, à relever les défis du XXIème siècle. C’est pourquoi Joinville-le-Pont a adhéré avec enthousiasme, en décembre dernier au syndicat mixte ouvert Paris Métropole.

Alors, je remercie le Président de la République de permettre à l’idée du Grand Paris de commencer à se matérialiser. Certes les financements ne sont pas trouvés. Certes le problème du logement est loin d’être résolu, malgré la promesse de 70 000 logements supplémentaires par an. Certes, on ne sait pas encore comment on fera d’une ville dont le patrimoine est séculaire une métropole à la pointe du développement durable, tant en matière de gestion de l’énergie qu’en terme d’optimisation des différents modes de transport.

L’important, c’est de se lancer. Et bien, le projet est lancé et bien lancé ! Alors vive le Grand Paris et commençons à rêver à la métropole verte et solidaire que nous souhaitons tous… pour nos enfants ou petits enfants.