Le projet d’aménagement du tronc commun aux autoroutes A4/A86 semble redémarrer.

Je me réjouis qu’après 20 ans d’attente, les Joinvillais soient enfin entendus. Depuis 20 ans en effet, l’Etat nous balade de projet de doublement souterrain (déclaré d’utilité publique en 1998 !) en élargissement de la chaussée, sans qu’aucun signe d’avancée réelle ne se manifeste. Alors que les eaux polluées par le trafic autoroutier continuent tranquillement de ruisseler dans la Marne…

Aujourd’hui, on nous annonce que l’aménagement du tronc commun se réalisera sans élargissement de la voie, que les nuisances environnementales seront enfin traitées (bruit, eaux de ruissellement et pollution atmosphérique) et que les terrains d’emprise seront enfin réhabilités. On nous laisse même entrevoir un calendrier : lancement des études préalables en 2009, réalisation de l’enquête publique en 2010 et réalisation des travaux en 2012 et 2013.

Je suis évidemment très heureux pour ma ville que ce projet bouge enfin. Dès mon élection, j’avais immédiatement écrit aux Ministre et Secrétaires d’Etat en charge du dossier (Messieurs Borloo et Bussereau et Madame Kosciusko-Morizet) afin de réaffirmer la volonté de Joinville-le-Pont de voir ce projet d’aménagement indispensable à notre ville aboutir et de demander un calendrier pour sa mise en œuvre. Aurais-je été entendu par le Ministre, qui a décidé au printemps 2008 de réactiver les acteurs de ce dossier ?

En tout état de cause, le puzzle se met en place. Maintenant, prudence et vigilance ! Le financement de ces aménagements a-t-il été réfléchi ? L’Etat est-il enfin prêt à débloquer les fonds nécessaires ? Je le souhaite ardemment et vous assure de tout mon engament et de toute ma détermination afin que les projets Joinvillais ne soient pas, une fois encore, repoussés aux calendes grecques…