Ce matin, les forces de police sont intervenues dans le plus grand calme pour procéder au démantèlement du campement de Roms situé le long de l’autoroute A4 entre le Bois de Vincennes et la Commune de Joinville-le-Pont.

roms1.JPG

roms2.JPG

C’est en octobre 2015 que s’étaient installés à cet endroit les premiers occupants.

Début février 2016, au vu de l’agrandissement de ce campement, j’avais immédiatement saisi le Préfet de Police de Paris, Monsieur Michel CADOT pour lui faire part de mes vives préoccupations quant à cette installation précaire. A ce moment, ce camp comprenait une quinzaine de petites baraques et environ 40 personnes.

Installé sur une parcelle appartenant à l’Etat sur le territoire de la Ville de Paris ce campement s’est progressivement étendu. A plusieurs reprises, face à la durée de cette situation, les problèmes incontestables d’ordre publics de risques sanitaires et l’inquiétude des riverains, j’ai alerté régulièrement le Préfet de Police, lui demandant d’intervenir très rapidement.

De notre côté, les services municipaux de la Ville de Joinville-le-Pont ont été mobilisés sans relâche pour débarrasser aussi souvent que possible les déchets accumulés autour de ce campement.

Début août 2016, Le Préfet de Police m’a informé que l’Etat propriétaire du terrain avait fait assigné les occupants sans droit ni titre devant le tribunal de grande instance de Paris et qu’une ordonnance de référé avait été rendue le 6 juillet 2016 prononçant la procédure d’expulsion des occupant du campement. Parallèlement, les services de l’Etat, de la Mairie de Paris et les différents partenaires ont examiné la situation sociale et sanitaire de chaque occupant recensé sur le site.

Aujourd’hui, je suis satisfait qu’enfin l’évacuation de ce camp ait été exécutée et qu’elle se soit déroulée dans de bonnes conditions.

roms3.JPG

roms4.JPG

Il est indiscutable que le sort de ces populations est peu enviable. Ils vivent dans une grande précarité et font ressurgir dans notre environnement les bidonvilles où les problèmes sanitaires que l'on croyait à jamais disparus. Ce problème complexe qui relève bien davantage d’une gestion nationale et européenne dépasse largement les pouvoirs d’un Maire.

Cependant en tant que Maire, je peux vous assurer de ma détermination à défendre les intérêts des Joinvillais. En effet, il est impossible d’admettre que des espaces verts soient saccagés, que la voie publique devienne un dépotoir et que la tranquillité publique soit perturbée. Cette situation étant intolérable tant pour les riverains, principalement Joinvillais, que pour ces familles dont les conditions de vie sont parfaitement indignes et insalubres.