La vanne secteur du canal de Saint-Maur et de Joinville-le-Pont a été mise en place en 1933 au sein de l’écluse de Saint-Maur par l’Office national de la navigation, devenu Voies navigables de France pour permettre, en cas de crue, d’augmenter le débit s’écoulant par le canal et de soulager la boucle de la Marne autour de la commune de Saint-Maur-des-Fossés, et, en amont, jusqu’en Seine-Saint-Denis.

L’ouvrage était vieillissant et non entretenu depuis de nombreuses années. Les services de la navigation en charge de manœuvrer cet ouvrage ne l’utilisaient plus, de peur de le bloquer.

Les Départements du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, en lien avec la Direction Régional Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie, étaient à pied d’œuvre pour moderniser cette vanne secteur.

Des réunions se sont tenues en préfecture du Val-de-Marne pour envisager le financement de sa réhabilitation. La dernière étude portée par le Conseil Départemental du Val-de-Marne estimait que l’utilisation de la vanne secteur permettrait de réduire le niveau de la crue de quarante-quatre centimètres pour les villes à proximité et jusqu’à près de dix centimètres pour les plus éloignées, réduisant les dégâts sur les logements, les équipements publics et les infrastructures.

Ce projet labellisé dans le plan d’action et de Prévention des risques d’inondation de la Seine et de la Marne franciliennes, bénéficiait d’une subvention à 50% par le fonds Barnier. La répartition de ce financement, estimé à 3 millions d’euros, comprenait 2,5 millions d’aides confirmées par le fonds Barnier, le département du Val-de-Marne et le département de la Seine-Saint-Denis. La participation des communes impliquées dans ce plan de financement, dont la Commune de Joinville-le-Pont fait partie, étant de 500 000 euros.

Le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis s’est retiré de ce financement invoquant que la compétence en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations nouvellement créée par la loi Notre confiée à la Métropole du Grand Paris au plus tard le 1er janvier 2018, ne leur permettez plus de s’impliquer dans ce dossier.

A l’occasion du colloque GEMAPI organisé les 7 et 8 juillet à Saint-Maur, Patrick OLLIER, le Président de la Métropole du Grand Paris a annoncé le bouclage du financement de la vanne par la Métropole dans l’intérêt des communes riveraines de la Marne.

Au regard des derniers événements météorologiques survenus le mois dernier, je me réjouis de cette décision qui va permettre la réfection de cette vanne secteur pour laquelle je me suis mobilisé depuis plusieurs années afin de garantir la sécurité des biens et des personnes sur nos territoires proche de la marne.

Lire l'article du Parisien