Aujourd’hui, les contrôleurs ne peuvent pas imposer aux fraudeurs de leur présenter des papiers d'identité. Résultat, les fraudeurs donnent des noms et des adresses fantaisistes qui ne permettent pas de les retrouver. Conséquence : moins de 10% des PV donnent lieu à recouvrement, d'après les chiffres de la SNCF. Ce chiffre est extrêmement faible à comparer aux 50% environ de taux de recouvrement des amendes de stationnement ou des 70% de recouvrement issues des radars automatiques (avant même toute relance).



Aujourd'hui, il est obligatoire d'avoir ses papiers d'identité pour prendre l'avion. Il est obligatoire d'avoir sa carte grise et son permis de conduire quand on prend sa voiture. En quoi cela serait un problème d'avoir ses papiers quand on prend le train, le métro, le tramway ou le bus ?

Les contrôleurs demanderont leurs papiers aux seuls voyageurs fraudeurs et non pas aux voyageurs ayant un titre valide. En cas de refus de présentation des papiers d'identité aux contrôleurs ou de déclaration intentionnelle de fausse adresse ou fausse identité, l'amende sera de 7500 euros et de six mois d'emprisonnement.

C'est en luttant contre la fraude dans les transports en commun, qu'on améliorera aussi la sécurité. C'est ce qu'a démontré l'expérience de New York où un plan de lutte ferme et résolu contre la fraude s'est également traduit par un recul des dégradations des infrastructures et de l’insécurité.