Ces études révèlent que deux insecticides de la famille des néonicotinoïdes, la famille d'insecticides la plus répandue dans le monde, agissent sur le développement et le comportement de l'abeille domestique et d'une espèce de bourdon pollinisateur sauvage. Ces études ont été réalisées dans les conditions de plein champ et non en laboratoire, comme c'était le cas jusqu'à présent.

abeilles.jpg

En juillet 2011, j’ai alerté la Ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la décision du Gouvernement d'autoriser le pesticide Cruiser OSR, destiné au traitement du colza et très nuisible sur la santé des abeilles.

Le problème est que jusqu’à maintenant, les pesticides étaient autorisés tant que les doses ne tuaient pas les abeilles. Or on voit là que les autorités comme les fabricants ont négligé les conséquences de ces doses non létales, qui peuvent cependant avoir des conséquences sur le comportement et la reproduction des pollinisateurs.

Je me réjouis de l’annonce du ministère de l'Agriculture qui envisage d'interdire le pesticide Cruiser OSR, suite à la publication de cette étude. Le ministère a souligné attendre un avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur cette étude d'ici fin mai, «avant la nouvelle campagne de semences en juillet». «Si ces nouvelles données étaient confirmées, l'autorisation de mise sur le marché» du Cruiser OSR, utilisé sur le colza, «serait retirée», a-t-il indiqué.