Pour rappel, il avait été demandé à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) de réduire de quatre à trois son nombre de services entre Mondor, Bichat, la Pitié-Salpetrière et Pompidou. Le précédent chef du service de chirurgie cardiaque de l'Hôpital Henri Mondor avait « mis en scène » la faible activité du service afin que celui-ci soit fermé.

Nombre d'entre nous s'étaient insurgés contre cette décision. J'avais pour ma part posé de nombreuses questions au gouvernement dans le but de désamorcer une catastrophe sanitaire.

Je souligne que ce service de chirurgie cardiaque est essentiel à deux niveaux. Tout d'abord, il constitue un maillon essentiel de la recherche et de l'enseignement en Ile-de-France. Par ailleurs, il forme le centre névralgique des activités de l'ensemble de l'hôpital de Créteil et du département, notamment au niveau des activités de cardiologie interventionnelle.

C'est une victoire pour le Val-de-Marne, pour laquelle je suis fier d'avoir participé.

Articles publiés sur le même sujet :