Le 13 juillet dernier, l'Assemblée nationale adoptait « la règle d'or » dans les mêmes termes qu'au Sénat. Ce projet de loi constitutionnelle relatif à l'équilibre des finances publiques prévoit un retour à l'équilibre budgétaire d'ici trois ans. Cette loi vise à encadrer le budget de l'Etat et celui de la sécurité sociale, ainsi les limites hautes et basses des recettes et dépenses seront fixées annuellement. La règle d'or engage également le gouvernement à informer le parlement de ses prises de position concernant le programme de stabilité à Bruxelles. Je trouve très courageux de la part du Président de la République de vouloir se positionner en leader européen sur la règle d'or et je considère qu'il est très important de lui apporter notre soutien dans cette démarche. Aujourd'hui la règle d'or a été adoptée grâce aux voix de la majorité présidentielle uniquement, le parti socialiste s'étant fermement opposé à coopérer. Le gouvernement ne peut donc espérer réunir la majorité des 3/5 requise au Congrès pour inscrire cette règle dans la Constitution. Nicolas Sarkozy devra donc s'interroger sur l'utilité de convoquer le Congrès pour fixer définitivement la règle d'or dans le marbre.