Après plusieurs mois d’opposition, Jean-Paul Huchon a enfin décidé de prendre en considération l’intérêt des Franciliens en reconnaissant le bien-fondé du projet lancé par le Président de la République.

L’accord présenté aujourd’hui entérine ainsi la convergence des tracés des projets Arc Express et Grand Paris que Valérie Pécresse avait appelé de ses voeux dès l'ouverture du débat public à l'automne dernier. Elle salue la détermination et l’engagement de Maurice Leroy qui a su convaincre le président du conseil régional d’Ile-de-France.

Le tracé finalement retenu, qui reprend à 90% celui initialement proposé par le Gouvernement, répond aux attentes des Franciliens telles qu'elles se sont exprimées au cours de ce débat public avec une nouvelle offre de transports en rocade autour de Paris et des liaisons rapides avec les aéroports et les centres de décisions économiques et scientifiques.

Valérie Pécresse se réjouit également que l'accord entre l'Etat et la Région comporte un volet sur la modernisation des lignes existantes, l'urgence absolue pour les Franciliens, avec un engagement fort et réaffirmé de l'Etat de 1 milliard d'euros d'ici à 2013, en particulier pour la rénovation des RER.

Enfin, Valérie Pécresse sera particulièrement vigilante à ce que l’Etat tienne les engagements du Président de la République de desserte adaptée du plateau de Saclay qui doit être à moins de 30 minutes de Paris et à moins de 50 minutes de l’aéroport Charles-de-Gaulle par un mode de transport efficace et respectueux de l’environnement.

La décision de l’Etat de soutenir – et le cas échéant de financer seul – la construction du métro automatique de grande capacité Orly-Versailles, via Saclay (avant d’améliorer la desserte Versailles-La Défense dans un second temps) garantit la réalisation d'un campus scientifique de rayonnement international en Ile-de-France et met fin à tout risque d’urbanisation anarchique du plateau avec la sanctuarisation, inscrite dans la loi, d'au moins 2 300 hectares de terres agricoles.