La séance plénière du conseil régional de la semaine dernière, consacrée au budget 2011, a une nouvelle fois, été un jeu de dupe.

Alors qu’il promettait un budget maîtrisé et de réduire la dette, Jean-Paul Huchon, par le jeu des amendements votés par sa majorité, réussit l’exploit de faire exploser en trois jours la dette de 101 millions d’euros. Soit, au total, un emprunt de 907 millions d’euros en 2011.

Au final, les dépenses de fonctionnement sont en hausse de 68 millions d’euros. Dans le même temps, la majorité régionale a rejeté des amendements du groupe Majorité présidentielle en matière d’investissement tel que celui proposant 19 millions d’euros supplémentaires pour la rénovation des RER C et D.

Les élus du groupe Majorité présidentielle, dont je fais partie, n’ont pas voté ce budget en forme de contresens économique. Nous avons ainsi présenté un contre-budget responsable, assumant de geler des secteurs importants mais moins prioritaires en période de crise. Le groupe Majorité présidentielle a clairement affiché ses priorités : les transports, la formation et l’éducation, le logement et à la sécurité sans oublier le soutien aux entreprises et aux chômeurs en fin de droits.