Régionales Ile-de-France : Mme Pécresse lancera sa campagne le 13 septembre

Valérie PécresseValérie Pécresse, tête de liste UMP aux élections régionales de mars 2010 en Ile-de-France, lancera sa campagne le dimanche 13 septembre à Paris-Nord Villepinte, lors d’"une fête populaire", a-t-on appris lundi auprès de son équipe de campagne. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche partira à la "reconquête de la région" gérée depuis 1998 par le socialiste Jean-Paul Huchon. Mme Pécresse prévoit par ailleurs d’organiser tous les mois des conventions thématiques avec des réunions le même jour dans les huit départements de l’Ile-de-France. La première se tiendra le 3 octobre sur les transports, qui sont, selon les sondages, le principal sujet de préoccupation des Franciliens. Lançant le 20 juin une consultation régionale sur ce sujet, elle avait appelé à "une révolution des transports" en Ile-de-France, critiquant l’"immobilisme" de M. Huchon. Mme Pécresse a aussi l’intention de faire une campagne internet "à la Obama" avec le concours d’Arnaud Dassier, spécialiste de l’internet, qui travaille depuis longtemps avec l’UMP. Elle mettra en place à partir de la fin du mois une plateforme à vocation interactive, avec l’idée que les internautes soient également des militants de terrain lors de la campagne. Valérie Pécresse compte s’appuyer sur des visages nouveaux, aussi bien dans son équipe de campagne, qui comprend les secrétaires d’Etat Rama Yade (Sports) et Chantal Jouanno (Ecologie) et le maire de Fontainebleau Frédéric Valletoux, que pour constituer les listes. L’équipe de campagne comprend aussi deux anciens secrétaires d’Etat franciliens, Roger Karoutchi et Yves Jégo, ainsi que le président du Sénat Gérard Larcher, le chef de file des députés UMP Jean-François Copé, David Douillet et le maire UMP du 1er arrondissement Jean-François Legaret, un spécialiste des finances.

Joinville proposera un candidat UMP aux Régionales, l'absence totale d'interventions de notre conseillère Modem madame De COMPREIGNAC n'est plus acceptable,ni pour notre ville, ni pour notre région à l'heure du "Grand-Paris".